chakras,méditation,énergie vitale

Chakras et méditation: comment ouvrir son énergie vitale ?

4.3
(8)

La philosophie et la médecine orientales, originaires de l’Inde et de la Chine anciennes, ont traditionnellement considéré les structures corporelles et les processus vitaux qui s’y déroulent comme inséparables.

Leur terminologie se situe à mi-chemin entre la structure et la fonction, et identifie certaines entités du corps humain comme des lignes d’énergie vitale qui circulent à travers le corps. De fait cette terminologie ne correspond pas aux structures anatomiques reconnues par la science et la médecine occidentales.

Les chakras centres de notre énergie vitale

Les chakras sont les centres énergétiques du champ biologique d’une personne et sont responsables de son état physiologique et psychologique ainsi que de certains groupes d’organes. Toutes les fonctions vitales du corps humain sont déterminées par l’énergie qui tourne dans les chakras. Ceux-ci peuvent être définis comme des « tourbillons » et en indien, ils sont considérés comme des « éclats d’énergie » ou des « roues ». Leur sens de circulation les définis comme étant ouverts ou fermés, voir même inversés. Leur contour et leur forme donnent des indications précieuses sur l’état de santé physique et émotionnel du centre qu’ils régissent.

Le processus de transformation de l’énergie se produit à travers ces centres. L’énergie vitale, avec le sang, circule autour des méridiens (lignes de flux) des chakras et alimente tous les organes et systèmes du corps humain. Lorsque la circulation dans ces méridiens stagne, le corps humain devient sensible à divers troubles. Une excellente méthode préventive, conçue explicitement pour lutter contre une telle stagnation, est le massage (notamment le massage Tuina) qui, réalisé régulièrement, entretient la circulation de l’énergie.

Les chakras et leurs emplacements sur le corps

Il y a 49 chakras mentionnés dans les canons védiques, dont sept sont basiques ; 21 sont dans le deuxième cercle et 21 dans le troisième cercle.

Selon les Vedis, il existe plusieurs canaux d’énergie menant à différents endroits des chakras. Trois de ces canaux sont basiques. Le premier, appelé « shushumna », est creux et concentré dans la colonne vertébrale. Les deux autres voies énergétiques, « ida » et « pingala », sont situées de chaque côté de la colonne vertébrale. Ces deux canaux sont les plus actifs chez la plupart des gens, tandis que « shushumna » reste stagnant.

Les sept chakras de base tournent à grande vitesse dans le corps des individus en bonne santé, mais ralentissent en cas de maladie ou avec l’âge. Lorsque le corps est dans un équilibre harmonieux, les chakras restent partiellement ouverts. Les chakras fermés sont incapables de recevoir de l’énergie, ce qui entraîne divers troubles.

Les chakras inférieurs et leur fonction

Le premier chakra de base, « Muladhara », est situé à la base de la colonne vertébrale dans la zone du coccyx. L’énergie vitale, qui est au cœur d’un système immunitaire fort et sain, est stockée dans ce chakra. Il est impossible pour une personne de devenir malade, vieille ou même de mourir, avant d’avoir épuisé ses réserves de cette énergie vitale.

La volonté même de vivre est contrôlée par Muladhara. Il est également en charge des os et des articulations, des dents, des ongles, du système urogénital et du gros intestin. Les premiers symptômes d’un dysfonctionnement du Muladhara sont une peur déraisonnable, un évanouissement, un manque de sécurité ou de confiance en l’avenir, des problèmes de jambes et de pieds et des troubles intestinaux.

L’activité interrompue du chakra Muladhara provoque un manque d’énergie, des problèmes digestifs, des maladies des os et de la colonne vertébrale, et des tensions nerveuses entre autres.

Le deuxième chakra, « Svadhisana », est situé au niveau du sacrum, à trois ou quatre travers de doigts sous le nombril. Ce chakra régule le bassin, les reins et les fonctions sexuelles. Nous ressentons également les émotions des autres à travers ce chakra. Les symptômes d’un « Svadhistana » défectueux sont des problèmes rénaux, la cystite et l’arthrite.

Le troisième chakra, « Manipura », se trouve dans la zone du plexus solaire. Ce chakra est le centre de stockage et de distribution de l’énergie produite par la digestion et la respiration. Il est responsable de la vision, du système gastro-intestinal, du foie, de la vésicule biliaire, du pancréas et du système nerveux. Les symptômes d’un « Manipura » stagnant sont les suivants : inquiétude accrue et constante, ainsi que troubles gastriques, hépatiques et nerveux.

Les chakras supérieurs et leur fonction

Le quatrième chakra, « Anahata », également appelé chakra du cœur, est situé dans la région de la poitrine. Nous générons et recevons de l’amour à travers ce chakra. Il s’occupe du cœur, des poumons, des bronches, des mains et des bras. Les symptômes de la stagnation comprennent la dépression et les déséquilibres cardiovasculaires.

Le cinquième chakra, « Vishudha », est situé au niveau de la gorge et est le centre des compétences analytiques et de la logique. Ce chakra soutient la peau, les organes de l’audition, ainsi que la trachée et les poumons. Les symptômes comprennent un manque de stabilité émotionnelle, une gêne au niveau de la colonne cervicale, des maux de gorge, des difficultés à communiquer et des affections de l’œsophage et de la thyroïde.

Le sixième chakra, « Adjna », est situé entre les sourcils et est appelé le « troisième œil ». Voici le trône du cerveau humain. « Adjna » fait circuler l’énergie vers la tête et l’hypophyse et est également responsable de déterminer notre développement harmonieux. Si le « troisième œil » d’une personne cesse de fonctionner correctement, on peut remarquer une diminution des capacités intellectuelles, des maux de tête et des migraines, des maux d’oreille, des maladies olfactives et des troubles psychologiques.

Le septième chakra, « Sahasrara », se trouve tout en haut de la tête et représente le sommet où l’énergie d’un individu vibre à la fréquence la plus élevée. Il est considéré comme un centre spirituel et l’entrée du corps pour l’énergie cosmique. Un « Sahasrara » stagnant peut entraîner une diminution ou un manque de sagesse intérieure, ainsi qu’un manque d’intuition de base.

Les chakras pour diagnostiquer l’état de santé

Avec cette connaissance de base des sept premiers chakras, nous pouvons répondre à la question : « Comment utilisons-nous ces informations pour localiser les causes de nos troubles et problèmes, et avec l’aide de la médecine orientale, comment apprendre à contrôler nous-mêmes les fonctions des chakras ? ».

Du point de vue de la médecine orientale, notre santé dépend de la distribution de notre champ d’information de la conscience énergétique. Une pénurie d’énergie provoque inévitablement des maladies. Selon la médecine tibétaine, la seule différence entre la jeunesse et la vieillesse, et entre un individu malade et en bonne santé, est la différence de vitesse de rotation des centres énergétiques tourbillonnants des chakras.

Si ces différentes vitesses sont équilibrées, les personnes âgées rajeunissent et les malades guérissent. Par conséquent, la meilleure façon de préserver et de conserver notre santé, notre jeunesse et notre vitalité est de restaurer et de maintenir un mouvement équilibré des centres énergétiques.

Ouvrir ses chakras pour rester en bonne santé


Le moyen le plus simple de maintenir l’équilibre des chakras consiste à effectuer une série d’exercices physiques, des rituels. Ces rituels permettent au corps humain de modeler ses centres énergétiques à un niveau de fonctionnement idéal.

Les sept rituels, un pour chaque chakra, doivent être accomplis ensemble chaque matin et, lorsque cela n’est pas possible, le soir. Sauter les rituels déséquilibre la distribution d’énergie, et donc pour les meilleurs résultats, pas plus d’un jour par semaine ne doit être manqué.

Les rituels quotidiens des chakras sont nécessaires non seulement pour revitaliser le corps, mais aussi pour réussir dans toutes les facettes de la vie. « Une fois que vous aurez appris à transformer votre énergie, vous deviendrez également plus heureux »

Une autre méthode pour garder les chakras équilibrés et dans leur état optimal de demi-ouverture est la méditation.

Les méthodes méditatives sont universelles pour l’expérience humaine ; elles se sont accumulées au cours des âges à travers de nombreuses cultures différentes et ont prouvé leur valeur pour atteindre la paix, la clarté, l’équanimité et transcender le désespoir.

Les personnes qui méditent régulièrement sont généralement des êtres humains plus calmes, plus en sécurité, plus joyeux et plus productifs. Ils sont plus efficaces dans leur vie de tous les jours car ils utilisent au maximum leur potentiel mental et physique, leurs capacités et leurs compétences. Trop souvent, nous ne réalisons pas les grands pouvoirs latents qui ne sont pas encore éveillés dans notre corps. Nous devons apprendre à les faire revivre et à les utiliser.

La méditation pour prendre soin de ses chakras

Les hommes de sagesse orientaux, qui croyaient que la méditation était une nécessité vitale, sont tombés sur cette découverte il y a plus de 1000 ans. Ils ont appris à influencer leurs organes internes et à contrôler leur métabolisme avec le pouvoir de leur esprit.

La méditation est à l’esprit ce que l’exercice est au corps ; la force mentale peut être construite tout comme la force physique. Tout comme en athlétisme, il est important pour un individu d’entraîner son corps, il est important pour un individu d’entraîner son esprit par la méditation.

Le meilleur moment pour la méditation est tôt le matin, de préférence à l’aube. Ne méditez pas lorsque vous êtes triste, aggravé, désespéré ou malade, car ces distractions émotionnelles et physiologiques intenses rendent impossible un état d’esprit éclairé.

Pour une séance de méditation efficace, il est préférable de s’installer dans le silence d’une pièce calme et propre avec des fleurs, ou les sons apaisants de Mère Nature – près d’un lac, d’une rivière, d’une cascade, d’un bois ou de champs.

De nombreuses pratiques mentales différentes, ayant leur origine dans les traditions historiques, tombent sous le titre général de « méditation ». Ces voies de développement mental peuvent impliquer des facettes émotionnelles et intellectuelles et peuvent également être coordonnées avec des mouvements physiques spécifiques. La méditation peut être structurée ou non structurée, à vous de trouver la pratique sui vous convient.

« Le processus de méditation n’est rien de plus que d’aller tranquillement à l’intérieur de vous-même et découvrir ce qui compose votre Etre… Apprendre à méditer, c’est apprendre à vivre plutôt que d’en parler… »

Comment avez-vous aimé cet article?

Côte moyenne d'amour 4.3 / 5. Nombre de dons d'amour 8

Pas encore d'avis, il faut que quelqu'un commence!

Si vous avez aimé cet article alors...

Aidez à faire connaitre l'accélérateur !

Désolé d'apprendre que ce contenu n'est pas très bon.

Aidez-moi à l'améliorer!

Comment faire mieux avec cet article selon vous?

Retour haut de page