méditer pour voir la vie en rose

Méditer pour Voir la Vie en Rose

0
(0)

“Un calme intérieur qui, en dépit de toute l’agitation momentanée de la surface, remonte toujours de lui-même et sans effort apaise toutes les vagues, fait “la mer d’huile” dans l’esprit.”.

C’est la grande exploratrice, convertie au bouddhisme, Alexandra David-Néel, qui a écrit cette phrase.

Alexandra méditait, beaucoup et en toutes circonstances. Ainsi dans un bois, au Népal, a-t-elle continué tranquillement à méditer alors qu’elle venait de voir un tigre non loin d’elle. Son raisonnement était le suivant : si je me sauve, il me rattrape, mieux vaut donc rester sans bouger. Et puisque je reste sans bouger, autant continuer ma méditation. Elle a fermé les yeux, et aussi immobile qu’une statue, n’a plus pensé à la présence du tigre. Celui-ci a fini par partir.

Méditer pour atteindre un état d’extase

Tout le monde n’a pas le courage de cette femme extraordinaire, mais tout le monde peut méditer et créer une mer d’huile dans l’esprit. Cela ne fera pas déguerpir les tigres, mais les idées noires. C’est une chance parce que vous êtes plutôt confronté aux secondes qu’aux premiers !

Toutes les études scientifiques sont arrivées aux mêmes résultats. La méditation diminue l’anxiété, l’agressivité, améliore la mémoire, les performances, les relations personnelles.

Méditer, c’est se plonger dans une sorte d’état second dans lequel on se coupe de tout. Plus rien ne nous atteint, et le chaos émotionnel disparaît de lui-même. Au bout d’un moment, vous ressentez un étonnant bien-être, difficile à définir. C’est un surprenant détachement par rapport aux soucis, un accord parfait entre soi et soi. On peut pratiquement parler d’extase.

Méditer pour mieux contrôler ses émotions

L’art de la méditation remonte à des temps ancestraux, mais avec les progrès de la science, on a pu vérifier qu’effectivement des modifications neurologiques intervenaient dans le cerveau des méditants. On a constaté que les bouddhistes tibétains qui se sont volontiers prêtés aux expériences, contrôlaient mieux leur cerveau émotionnel et notamment l’amygdale (liée à la peur et à la colère).

Mieux encore, ils arrivaient à déprogrammer des réflexes innés. Un bruit énorme qui normalement fait sursauter les moins émotifs d’entre nous, n’avait sur eux aucun impact.

“La détonation m’a paru faible, comme si je l’entendais de loin” raconte Öser, moine soumis à ce traitement. Pas un muscle de son visage n’avait bougé, chose qu’il rapprocha au fait que son esprit n’avait pas été secoué par la détonation. “Si l’on parvient à se maintenir dans cet état (de méditation), la détonation semble être un événement presque insignifiant, qui ne laisse aucune trace, comme le passage d’un oiseau dans le ciel” expliqua-t-il.

Ces résultats ont stupéfié le Professeur Ekman qui menait l’expérience. Personne n’est capable de réprimer un sursaut dans ce genre de situation. Chez tous les êtres humains, même les tireurs d’élite, un bruit assourdissant est marqué par une contraction des muscles faciaux. C’est un réflexe primitif existant depuis la naissance.

Pourtant la prouesse d’Öser n’a en fait rien d’étonnant si l’on considère que la méditation régule le centre cérébral des émotions. Les bouddhistes se flattent de leur équanimité émtionnelle. Quoi qu’il arrive, ils restent d’humeur égale. Et cette humeur est souvent au beau fixe, en témoignent les rires du Dalaï-Lama, pourtant exilé de son pays. Ils sont aussi en meilleure santé.

Méditer pour se prémunir du stress

Comme le stress ne les atteint pas, leur système nerveux sympathique reste calme. Adrénaline et cortisol ne sont plus secrétés en excès. En revanche ils secrètent plus de sérotonine et de dopamine, les bons neurotransmetteurs qui chassent les idées noires. Leurs artères vont bien, leur tension est basse et leur système immunitaire est plus performant.

Une expérimentation menée à l’université de Harvard par le cardiologue Herbert Benson a montré que la pratique de la méditation réduisait l’importance de la pression sanguine, diminuait le taux de cholestérol, les douleurs chroniques et l’anxiété. Elle va même jusqu’à faire fondre les plaques d’athérome dans les artères.

Une autre étude menée par le Dr David Orme-Johnson a démontré que chez les méditants, les consultations médicales diminuent de 44 %, les maladies cardiovasculaires de 87 % et les maladies infectieuses de 30 %.

Dans une interview accordée au Nouvel Observateur, David Servan-Schreiber cite une étude confirmant l’action de la méditation sur le système immunitaire. Parmi des personnes ayant reçu la même quantité de vaccin de la grippe, les méditants fabriquent plus d’anticorps que les non-méditants.

Pur découvrir comment mettre en pratique la méditation pour travailler sur son stress, téléchargez en version gratuite le manuel de méditation zéro stress.

Comment avez-vous aimé cet article?

Côte moyenne d'amour 0 / 5. Nombre de dons d'amour 0

Pas encore d'avis, il faut que quelqu'un commence!

Si vous avez aimé cet article alors...

Aidez à faire connaitre l'accélérateur !

Désolé d'apprendre que ce contenu n'est pas très bon.

Aidez-moi à l'améliorer!

Comment faire mieux avec cet article selon vous?

Retour haut de page